Le Jardin Partagé d’Emmanuel


Vidéo sur le Jardin Partagé d’Emmanuel réalisée par le mensuel « Terres de Loire » en 2013

Emission radio sur le Jardin Partagé d’Emmanuel réalisée par la radio RCF Orléans, en 2011

Emission radio sur le Jardin Partagé d’Emmanuel réalisée par la radio Campus Orléans, en 2014

La genèse du Jardin Partagé – Ses objectifs

Le Jardin Partagé d’Emmanuel est né de la volonté de quelques habitants de se retrouver sur le quartier autour du jardinage. Le centre social ASELQO Madeleine s’en est saisi pour favoriser le lien social, l’une de ses missions principales. L’ancien responsable, Emmanuel THEBAULT, monta l’ébauche d’un projet en partenariat avec la mairie de proximité qui proposa en premier l’idée d’un jardin collectif pour le financer dans le cadre de sa politique en faveur de l’agenda 21. La forme du « jardin partagé » est devenue ainsi évidente et la seule forme de jardin possible répondant à des objectifs partagés.

Le décès d’Emmanuel THEBAULT en 2006 mis le projet en pause. La mise en place du nouveau projet social de l’ASELQO Madeleine dès 2009 qui fit du jardin partagé l’un de ses 3 axes principaux, permis au projet de reprendre vie en mettant en avant un mode de co-gestion avec un groupe d’habitants et le centre social.

En juin 2011, le Jardin Partagé d’Emmanuel, en hommage à son fondateur, fut inauguré par le Député Maire d’Orléans, Serge GROUARD.

Les objectifs du Jardin Partagé d’Emmanuel:

  • Favoriser la rencontre des habitants dans une démarche participative et citoyenne,
  • Créer un espace de citoyenneté en favorisant la participation des habitants dans le but de les rendre acteurs de leur quartier,
  • Contribuer à la mixité sociale et culturelle sur le quartier en favorisant les échanges de savoirs,
  • Développer un espace de vie contribuant à tisser du lien inter-générationnel entre les différents publics : enfants, adolescents, adultes, personnes handicapées, personnes âgées,
  • Proposer aux écoles, au centre de loisirs, aux maisons de retraite et aux institutions du quartier ayant une visée sociale une parcelle de terrain à cultiver dans une démarche éducative,
  • Développer des actions éco-citoyennes (jardinage biologique, gestion des déchets & des eaux, etc.),
  • Amener les différents publics à s’interroger sur les problématiques liées au développement durable et à la promotion de la santé (hygiène de vie, diététique, plaisir de la table) en créant des animations sur et autour du jardin.

Ci-dessous: diaporama de la naissance du Jardin Partagé d’Emmanuel.

Son fonctionnement avec un collectif

Les ateliers de réflexion avec habitants

En novembre 2009, la mairie d’Orléans met en place une réunion publique qui annonce officiellement le projet de création d’un Jardin Partagé sur le quartier Madeleine. Une soixantaine d’habitants présents permet de constituer une liste de jardiniers potentiels mais surtout de personnes intéressées pour travailler les contours du jardin avec l’ASELQO Madeleine à l’occasion d’ateliers mensuels. Janvier 2010 c’est le premier atelier de réflexion en compagnie d’une vingtaine de volontaires.

Pendant un an et demi, ces ateliers de réflexion mensuels animés par l’ASELQO Madeleine, ont permis de « penser » le Jardin Partagé, bien avant le premier coup de pioche. Sur le mode de la concertation, ils ont défini en amont du projet ce qui peut ou doit se faire à l’intérieur de cet espace de partage, avec qui et pourquoi. Six axes de réflexions ont été lancés:

  1. La place de la Biodiversité et du Développement Durable sur le jardin
  2. Quel type de plantations à l’année ?
  3. Quel mode de gestion et les besoins en équipements ?
  4. Quel type d’embellissement pour cet espace ?
  5. Quelle place à la convivialité et aux festivités ?
  6. Quelle place aux échanges pédagogiques, à la mixité générationnelle et sociale ?

Un seul mot d’ordre: c’est le groupe qui produit les idées et se met d’accord sur tous ces aspects !

En été 2010, le groupe est parti sur Paris pour visiter 4 jardins partagés avec 4 modes de gestion différents afin de s’inspirer de leurs pratiques.

Ci-dessous: visite de 4 jardins partagés parisiens par quelques membres du collectif.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En étroite collaboration avec la mairie, le groupe a travaillé sur plans. En octobre 2010, le dessin du jardin a été arrêté: les emplacements de la zone agora, les 2 entrées principales, les points d’eau, la cabane, la mare, la haie bocagère, les zones des aromatiques, les jardinières surélevées… tout fut consigné. Le jardin allait occuper une surface d’environ 1500m2, dont 900 m2 cultivable. Les travaux de la ville pouvaient démarrer: arrachage des arbres malades, création de la zone agora, de l’allée centrale, préparation de la terre, pose d’une clôture et de 2 arrivées d’eau.

En parallèle, des réunions d’information ont été mises en place à destination des institutions et des écoles pour attribuer des parcelles pédagogiques dans un but de mixité. Le centre de loisirs 3-11 ans, la maison de retraite du Doyenné du Baron, le foyer d’adultes handicapés Les Papillons Blancs et l’association L.E.A ont répondu favorablement à la proposition du collectif la première année.

Charte, règlement intérieur

Le collectif a travaillé sur une charte du Jardin Partagé d’Emmanuel destinée à l’ensemble des personnes venant sur le jardin et surtout sur un règlement intérieur destiné aux adhérents. Cliquez sur les liens suivants pour visualiser ces 2 documents: Charte JPE  Règlement intérieur JPE

La tarification (adhésion + participation aux frais) fut également définie par le collectif:

  • Habitant: 8€ d’adhésion + 15€ de participation
  • Famille: 8€ d’adhésion par personne + 30€ de participation pour toute la famille
  • Institution: 16€ d’adhésion + 40€ de participation

La participation financière permet d’accéder aux outils, à l’eau, aux graines et aux savoirs-faire des bénévoles. L’adhésion assure une couverture de l’assurance en cas d’incident.

Conditions pour adhérer au jardin:

Aujourd’hui le Jardin Partagé d’Emmanuel, le collectif & l’ASELQO Madeleine

Depuis janvier 2010, un noyau d’habitants fidèles présents aux premiers ateliers de réflexions constitue aujourd’hui la base du collectif. Ce groupe s’est enrichi d’autres bénévoles du quartier. Aujourd’hui environ une douzaine, ils prennent toutes les décisions inhérentes au jardin, toutes les 3 semaines environ lors d’une réunion à l’ASELQO Madeleine, animée par le responsable de la structure.

L’affichage & la signalétique: Un grand panneau en bois financé par la ville d’Orléans indique l’emplacement du jardin et son but. A chaque entrée, un panneau d’affichage indique les actualités du jardin. A l’intérieur de l’espace, tout est étiqueté au maximum dans un but pédagogique. A l’extérieur du jardin, 3 panneaux indicateurs financés également par la ville indique la direction du jardin partagé dans les rues adjacentes.

Le partage des récoltes: A l’initiative du collectif, les récoltes peuvent être partagées entre les jardiniers ou valorisées à l’occasion de repas. Des dons peuvent être fait également à des institutions sociales (Épicerie sociale, Relais Orléanais). Aucune récolte n’est vendue. Pour rappel, le jardin n’a pas vocation de fournir de grosses productions.

Le rôle du collectif: accueille les visiteurs; s’engage à venir aux réunions; prend toutes les décisions du jardin; accompagne les parcelles des institutions; gère les outils & les parcelles du jardin; définit les priorités d’investissements et participe aux achats; décide des manifestations; les organise et les anime; veille au respect de la charte et du règlement intérieur; définit le partage des cultures; participe à la valorisation du jardin; anime des ateliers pédagogiques.

Le rôle de l’ASELQO: anime le collectif; garant du projet, du budget & de l’espace vis à vis de la mairie; recherche de financements annexes; co-gestion des clés avec le collectif; co-organise les manifestations avec lui; garant des conventions passées avec les institutions; gère les adhérents.

Sa spécificité, ses valeurs

Le jardin et l’agenda 21

Premier jardin partagé de la ville d’Orléans, il s’inscrit pleinement dans la politique de la ville en faveur de son agenda 21:

  • Lieu favorisant la biodiversité en ville avec: une haie bocagère de 100 mètres; mare naturelle; nichoirs et hôtel à insectes; pratiques du jardin au naturel permettant d’économiser l’eau (paillage), de respecter l’équilibre naturel de la terre, sans pesticide et outillage adapté.
  • Fonctionnement s’appuyant sur les valeurs du Développement Durable avec: 2 bacs récupérateurs d’eau d’1m3 chacun; des composteurs collectifs alimentés par les jardiniers, quelques habitants, les déchets de cuisine de la mini crèche et les déchets du jardin passés à la broyeuse; récupération de palettes pour confectionner des jardinières surélevées & la mise en place de TROC pour l’échange de graines et de savoir-faire.
  • Mode de gestion qui s’appuie sur la démocratie participative où le citoyen prend part aux décisions d’un espace public.
  • Lieu qui favorise le bien être, la mixité et l’accessibilité aux handicapés avec un accès spécifique, des jardinières surélevées & des animations pour tous

Ce qu’apporte le jardin

Les actions du jardin partagé

Les rendez-vous du jardin

Depuis son inauguration, le Jardin Partagé de la Madeleine propose aux habitants au moins 6 rendez-vous annuels réguliers sur son espace:

  • Le TROC Plantes – Un samedi après midi au début du printemps
  • Les portes ouvertes dans le cadre de la « Fête de la Nature » – Week-end en mai
  • La Fête des voisins – Le dernier vendredi de mai
  • Les portes ouvertes dans le cadre de l’opération « Bienvenue dans mon jardin » avec LNE – Dernier week-end de mai, premier week-end de juin
  • Bal populaire avec le CCAS d’Orléans – Vendredi de juillet
  • Fête de la patate – Un samedi fin septembre, début octobre

Ci-dessous: diaporama des rendez-vous festifs du jardin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La répartition des espaces

Les parcelles « sociales »

Afin de répondre à l’objectif de mixité du jardin, le collectif a souhaité attribuer des parcelles « sociales » à des institutions travaillant avec un public spécifique, à condition d’avoir un projet sur une saison et un salarié référent présent à chaque fois. Les créneaux et les parcelles sont définis en accord avec les membres du collectif. Un ou plusieurs bénévoles sont présents en soutien sur ces créneaux pour accompagner l’institution à mener son projet. L’idée étant de ne pas faire « pour » ni « à la place de ». Mais bien de transmettre pour amener l’institution vers un maximum d’autonomie.

Un bilan est réalisé en fin de saison avec l’ASELQO, l’institution et un bénévole afin d’adapter les besoins au projet pour l’année suivante. Le collectif se réserve le droit de ne pas pérenniser la parcelle si l’engagement n’a pas été tenu.

  • Saison 2011-2012: 4 parcelles ont été attribuées (Centre de loisirs, public 3-11 ans; Doyenné du Baron, public personnes âgées; Les Papillons Blancs, public adultes handicapés; L’association LEA, public adultes)
  • Saison 2012-2013: 4 parcelles (Centre de loisirs 3-11 ans; Doyenné du Baron; Centre de Jour, public adultes handicapés; L’association LEA)
  • Saison 2013-2014: 4 parcelles (Centre de loisirs 3-11 ans; Doyenné du Baron; Centre de Jour; L’association LEA) + 2 parcelles en projet (l’école primaire de la Madeleine, public 7-11 ans; Institution Serenne, public adolescentes 12-17 ans)

Ces publics se côtoient sur les différentes manifestations du jardin et sur la zone agora.

Les zones collectives

Par définition, tout ce qui n’est pas « parcelles sociales », sont des zones collectives. Chacun contribue à son entretien, même le public des parcelles sociales qui peut donner un coup de main. Le verger, la cabane, la zone agora, les zones des aromatiques, la zone de compostage, le coin des jardins surélevés ainsi que la mare sont des zones fixes. Tout le reste peut être modulable en fonction des souhaits des institutions, du collectif & des saisons.

Le Jardin Partagé d’Emmanuel en chiffres

  • Investissement ville d’Orléans pour travaux (hors panneaux d’affichage, panneaux de signalisation, portail et accès handicapés avec revêtement adapté, accès à l’électricité) = 68 000
  • Investissement outillage + cabane = environ 10 000 
  • Budget de fonctionnement moyen annuel = environ 3 000 
  • Adhérents membres du collectif = 12 personnes
  • Adhérents jardiniers en moyenne par an = environ 15 personnes
  • Adhérents jardiniers des institutions en moyenne par an = environ 60 personnes
  • Nombre de personnes ayant participé aux manifestations du jardin en 2012-2013 = environ 4 340 personnes
  • Temps / homme passé sur le jardin saison 2011-2012 = environ 3 294 heures
  • Nombre de réunions (2 heures) avec le collectif de janvier 2010 à mars 2014 = 60

Le jardin en photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les partenaires

Les partenaires financiers ou apport en nature:

Les partenaires pédagogiques ou d’action:

Lire aussi:
– L’ASELQO Madeleine (implantation, horaires, coordonnées)
– L’ASELQO
– Les ressources
– Les activités de loisirs
– Le Troc Party
– Les services
– Les manifestations
– Les inscrits
– Les partenaires