L’habitat

Logements sociaux

La Madeleine compte plus de 600 logements sociaux gérés, pour la majorité, par Les Résidences de l’orléanais (428). Les 3 principales résidences situées autour du centre social et de la place du marché sont: Pierre Chevallier ; Pierre du Lys ; Résidences Rives de Loire.

Ces résidences datent des années 50 et sont considérées comme patrimoine économique. 294 logements ont des surfaces inférieures à 70m². Cela correspond à une volonté de l’époque de loger une majorité de familles sur des espaces restreints.

Ces logements locatifs sociaux sont à 5 minutes du centre ville, à proximité de l’axe principal commerçant (Faubourg Madeleine), du centre commercial de St Jean de la Ruelle, de la Mairie, de la Poste, de la bibliothèque, du marché, du pont de l’Europe pour atteindre la rive sud et de la tangentielle. Les différents programmes de réhabilitation de 1999 à 2009 ainsi que la résidentialisation des allées Pierre Chevallier de 2010 ont permis de revaloriser ces bâtiments anciens et leur environnement.

Les problèmes de voisinage sont toujours présents, avec des dégradations des parties communes. L’isolement de certaines familles accentue certaines problématiques. Il ne reste plus qu’un seul gardien pour gérer les 3 principaux ilots.

Selon l’OPH et l’ASELQO quelques jeunes adultes du quartier posent problèmes. Les habitants regrettent le deal sur la place du marché le week-end. Le manque de structures pour ce public ainsi que le manque d’activités ont été les principaux objets de revendication des habitants ces dernières années. Il est à noter que cette poignée de personnes n’est pas du tout représentatif des jeunes du quartier qui sont nombreux mais peu visibles sur la Madeleine et assez discrets.

Dans l’ensemble, les bailleurs reconnaissent que la Madeleine est un quartier calme, assimilé résidentiel.

On constate une grande mixité dans tous les logements et un turn over des locataires beaucoup plus important depuis 1998 (durée d’occupation < à 3 ans pour raisons professionnelles). D’où un manque de connaissance du quartier de la part des habitants. De moins en moins de gens à faibles revenus (les « précarisés ») les occupent sur de longues durées. Tendance qui se confirme depuis 15 ans et qui accentue les problèmes d’isolement.

Les résidences principales

En raison des récentes constructions, le quartier de la Madeleine s’est vu doté de 1147 nouveaux logements de 1982 à 1999. En proportion, la part des logements locatifs sociaux a diminué, vu qu’aucun nouveau grand programme n’a été lancé depuis.

La caractéristique de la Madeleine c’est la part importante de petites maisons de caractère sur les zones nord et est du quartier (Beaumont – Vauquois et Faubourg St Jean), le quartier Madeleine est considéré comme l’un des plus résidentiels de la commune.

La période de l’après guerre est la plus faste en matière de construction de logements. Avec notamment les années 60 qui contribuèrent à doter le quartier d’importants logements (Loi du 24 mai 1951 article 19 : « 10 000 logements par an »). Depuis l’arrivée des résidences du Val de Loire (début 90), la Madeleine ne cesse d’accroître son parc de logements.

Les logements en 2009

Source INSEE 2012 – 2006 – 1999

1999

2006

2009

Nombre de logements

5455

5670

5890

Dont maisons

1130

1069

1105

Dont appartements

4325

4445

4747

Nombre de logements occasionnels + vacants

641

613

660

Résidences principales type maison

1039

Résidences principales type appartement

4157

Nombre de F3 (majoritaires sur le quartier)

1340

1391

Nombre de logements de 40 à 99m2 (majoritaires sur le quartier)

3260

3565

Résidences principales occupées par propriétaires

1926

2173

2433

Résidences principales occupées par locataires

1965

2830

2752

Dont locataires HLM

688

736

606

Les logements sur le quartier augmentent doucement de 3% en 3 ans mais beaucoup plus vite pour les appartements (+7%). Essentiellement les logements d’une surface comprise entre 40 et 99m2 (+9,5% en 3 ans). Le nombre de logements occasionnels + vacants sur la Madeleine est toujours aussi important par rapport à la ville (23% des logements vacants de la ville). Les résidences principales occupées par des locataires connait pour la 1ère fois une chute : -3%. Alors que les résidences principales occupées par les propriétaires continuent toujours d’augmenter (12% en 3 ans). On note également une baisse des résidences principales occupées par des locataires HLM (-17% en 3 ans).

Les ménages & les résidents en 2009

Source INSEE 2012 – 2006

2006

2009

Nombre de ménages

5057

5231

Ménages emménagés depuis 10 ans ou +

1802

1813

Personnes en résidences principales

8864

9175

Dont propriétaires

4176

4563

Dont locataires

4604

4547

Dont HLM

1300

1175

L’augmentation des ménages est proportionnelle à l’augmentation de la population du quartier (+3% en 3 ans). On note une nette augmentation de l’accès à la propriété alors que le nombre de locataires baisse. Idem pour les locataires résidents en HLM (-9,5% en 3 ans).

On peut supposer que de plus en plus de locataires accèdent à la propriété, surtout en faisant l’acquisition d’appartements. A noter que le nombre de ménages ayant emménagé sur le quartier depuis 10 ans ou plus n’augmente quasiment pas. Or la population étant vieillissante nous devrions observer au contraire une nette augmentation car on déménage rarement au delà d’un certain âge. On peut noter ensuite que plus de 34% des ménages vivent sur le quartier depuis 10 ans ou plus. Les ménages emménagent donc sur le quartier que sur des petites ou moyennes périodes. On peut donc supposer que les 2/3 restant ont une connaissance du quartier plutôt limitée à moins de 10 ans. Cela confirme la tendance relevée il y a 4 ans: qu’en est-il de la mémoire du quartier Madeleine ?

Lire aussi:
Plans du quartier
Le quartier d’hier à aujourd’hui
Les équipements
La population